Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

3 septembre 2006 7 03 /09 /septembre /2006 17:47

images-abeilles-de-provence.jpg

          

 

             


Pensées Pour Toi


" Nous sommes les abeilles de l'Invisible . Nous butinons éperdument le miel du visible pour l'accumuler dans la grande ruche d'or de l'Invisible " . 
Rainer Maria Rilke , lettre , 1925 .

 

 

 

Mes pensées pour toi ,

Sont comme

Ces abeilles de Provence ,

Qui viennent caresser la lavande fleurie : 

Elles butinent ,

Pour produire le miel de la douceur 

Et de l'espérance ,

Posant leurs baisers de cire ,

Comme une offrande ,

Sur ton coeur meurtri ...
 

Mes pensées sont gouttes de pluie 

Dans tes yeux d'automne ,
Elles renaissent ,

Blanches ,
Dans tes lointains voiles d'écume ,

Et meurent ,
Comme des vagues ,

Sur ton rivage béni ...

Poussées par le vent d'azur ,

Sur les collines brûlées de nos désespoirs ,

Mes pensées sont comme le soir ,

Ou l'heure qui sonne , 

Elles ont la couleur de l'ocre ,

Et le goût du jasmin ,

Ce sont des pierres sur ton chemin ,

Bouquet de roses que je te donne ,

Et l'incendie d'un ciel carmin ...

 

 

                                             ___

 

DAN AR WERN - Pedennoù Un Harluad - 2 - Pensées pour Toi ( écrit à Carcès-En-Provence , juillet 1989 ) . Pep gwir miret strizh / Tous droits réservés / All rights reserved . "Pedennoù Un Harluad " , Copyright 2006 .

                                        ___

 

" Avant que souffle la brise du jour ,

  Et que s'enfuient les ombres ,

  J'irai à la montagne de la myrrhe ,

  A la colline de l'encens ... "

 

Cantique Des Cantiques - Cinquième Poème .
 

                                        ___

 

                                 

Repost 0
Published by Dan Ar Wern - dans Poésies - Chants
commenter cet article
2 septembre 2006 6 02 /09 /septembre /2006 20:44

images---cole.jpg                               

           
Couleurs d'Automne

 




Couleurs de l'automne ,

Au retour des vacances ,

Quand les arbres frissonnent ,

Je pense à mon enfance ...

Premiers frimats ,                            

Cette odeur de rentrée des classes ,

Cartables cirés qui passent ,

Souvenirs d'autrefois ...


Tendres amours déçues ,

Feuilles qui tombent se fanent ,

 images-couleurs-d-automne.jpg
 

Puisqu'on est revenu ,

Sans doute , le coeur est en panne ...

D'ailleurs , ça semble si loin ,

Déjà s'efface le temps d'un rêve , 
Ailleurs , 
Tous les deux , main dans la main ,

Sur le sable d'une grève ...

Les forêts se teintent de roux , 

Comme la rouille , après la pluie déposée ,
Notre été , le reverrons-nous

Jamais ?...

 

 

 

 

DAN AR WERN - Saisons - ICouleurs d' Automne - 8 Septembre 1983 - Pep gwir miret strizh / Tous droits réservés / All rights reserved . " Saisons " , Copyright 2006 .

                          

                          

Repost 0
Published by Dan Ar Wern - dans Poésies - Chants
commenter cet article
14 août 2006 1 14 /08 /août /2006 18:35

CAA70LMJ.jpg 
Modi & Jeanne
Pennad Tri
                    
  
               14 a viz eost 2006    images-jeanne-h-buterne.jpg

      
   

                                 

                                        Diaes eo taolennin c'hoazh , dre ar spered , ar vuhez diroll a rene tud'zo , tro ar bloavezhioù ugent , e Montparnasse !

Ur seurt " Azginivelezh " e oa aman , goude " Ar Prantad Kaer " ( 1 ) , hag ar Brezel Bras .

Arzourien ar bed-holl a zeue da Bariz da ziskulian , dishual ha digabestr , war a gredent , o mennozhioù penn-araok hag o c'harantez entan evit an Arz .

E-doare an termaji e veve . Gwelout a reomp , da skouer , e-barzh ar film , m'en em dreuzwiskan a rae Max Jacob ( 2 ) evel ur " geisha " , da-genver abardaez-lid e zeiz-ha-bloaz .

Istor Jeanne ( 3 ) eo , dreist-holl , hini he c'harantez foll , betek ar marv , gant " Modi " ( 4 ) .

Istor ar maouezed ivez , rak e veze mennet ar c'hrouer da livan o bravder usvedoniel-dispar , goulaouet gant sklerijennoù ar bredelfennerezh nevez-flamm , ha re galloudoù ar Spered .

A-wechoù , e tanse al livour en-dro da zelwenn Balzac , hag e krede an dremenidi gwelout un den diskiant , pe zireizh : " Mat eo da stagan ! " , a sonje anezho a-dra-sur diwar e benn .

Ha kavout a rae tro , marteze , heman , da c'hoarzhin goap  ivez , evel-se , outo . Un doare digoll ouzh mirourien ha bourc'hizien niverus a bep seurt .

Kredin a rae start , e-kreiz ar c'harter Breton , e oa ur gwall reder-mor war hent kontreoù dianavez . E-giz Marco Polo ?

" Henvel ouzh an awen eo c'hwezh klouar an avel " , eme an Italianad .

" Hag e c'hello koenvin dindan barradoù gwallamzer " .

Divizet en doa mont da weladennin e Zoue ( Renoir ) .

Nemet un den klanv e oa deut da vezan hini , koulskoude .

Kollet en doa e zaouarn arzour , a-gevret gant emdouelloù e yaouankiz .

Komz a reas outan ar Mestr eus " an devenn euzhus ma vez kavet warni , deiz pe zeiz , an holl arzourien , evit mont a-lamm-plom , da c'houde , davet o zonkadur " .

Ha goude , en doa goulennet digantan a-daol-trumm : " Ur Foll yaouank oc'h , neketa ? "

" Pa anvezin hoc'h ene , e livin o selloù " , a respontas dezhan  " Modi " , neuze.

Evel-se ivez en doa diskleriet e garantez da Jeanne . Hag he doa heuliet-hi anezhan betek penn e zispi .

Evel un aelez gwirion ma oa .

Gwell 'oa ganti , d'he meno , en em deurel dre ar prenestr er goullo , kentoc'h chom bev pelloc'h goude marv an den meur .


                              ___


Notennoù :
1 - La Belle Epoque .

2 - Max Jacob ( 1876 , e Kemper - 1944 , e Drancy ) , barzh breton .

3 - Jeanne Hébuterne ( 1898 - 1920 ) , livourez gall , gwreg " Modi ".         

4 - Amedeo Modigliani ( 1884 - 1920 ) , livour ha kizeller italianat .

                                                    
                              ___


Levr : " Modigliani " , gant Christian Parisot , emb. Gallimard , 2005 .

 

Mirdi Montparnasse , 21 , bali Maine - 75015 - Pariz .

                                                    
                              ___


DAN AR WERN - Aman Hag Ahont3Modi & Jeanne - 14 a viz eost 2006 - Pep gwir miret strizh / Tous droits réservés / All rights reserved . " Aman Hag Ahont " , Copyright 2006 .

A-zivout " MODIGLIANI " , ur film kenwerc'het gant Mick Davis e 2004 . Dremmourien : Andy GarciaElsa Zylberstein - Hippolyte Girardot - Eva Herzigova - Omid Djalili . Sonerezh-orin gant Guy Farley - Studios Bauer-Martinez Copyright / Tous droits reservés .

                                                    
                             ___


 Taolenn : " Jeanne Hébuterne " , gant Modigliani , 1919 .

Repost 0
Published by Dan Ar Wern - dans Aman Hag Ahont
commenter cet article
13 août 2006 7 13 /08 /août /2006 22:29

 

 



" ... Tu seras un déraciné , toujours vagabond sur la Terre / You will be a restless wanderer on the Earth . " ( Genèse , 4 , 12 )

This is a poem I wrote some years ago . Time hurries on , but , more or less , our feelings remain the same .  I specially pray for all those who have to flee their own country to survive .

Thinking of  Dan , struggling for his own life ...


                                 

        
Mary

for Dan Fogelberg
 


" Ni Ho salud , Steredenn-Vor , 
  
  Ni Ho salud , Mari !


  Salve Regina , Mater Misericordiae ... "

                          

        

Out of the crowd ,

Far from Herode ,

As he told all the children

Had to be killed ,

You've gone away ,

When the stary skies called You ,

Did You feel alone ?

Seeing a sign we don't know ,

Your Holy Child and Your husband

Near , at hand ,

Fleeing Your own country ,

Walking on the sand of the desert ,

O Mary ,

Wasn't it hard to carry on ,

Since we ' d crucified Your Son ?

Are You still hurt ?

You , my Mother ,

You deliver

All the men

From their heavy burden ,

And make them see ,

Even if it's dark through their night ,

Your light ,

Mary ...

 

" Ur sin burzhudus ' zo bet gwelet en nenv : ur vMaouez gant an heol ouzh He gwiskan , al loar dindan He zreid , ha , war He Fenn , ur gurunenn a zaouzeg steredenn / A great sign appeared in heaven : a Woman , adorned with the sun , standing on the moon , and with the twelve stars on Her Head for a crown " .

Diskuliadur , 12 , 1 .
 


                                                                                                                                                                                                    
    

DAN AR WERN - Pedennoù Un Harluad - 1 - Mary - 13th of April 1983 - All rights reserved / Pep gwir miret strizh / Tous droits réservés . "Pedennoù Un Harluad " , Copyright 2006 . 

                                                                   


                                                                

" ... Car j'ai trouvé la paix , Seigneur , au cours de ma prière .

       Je viens de Toi . Je me sens jardinier qui marche à pas lents

       vers ses arbres " .

Antoine De Saint-Exupéry ,  in " Citadelle " ( 1948 , posthume ) .

 

 

 

 

 

 

" O Jésus ! Recevez , je Vous prie , à l'heure de ma mort , mon âme pélerine et exilée qui retourne à Vous . "
" Oraisons " de Sainte Brigitte , Princesse royale de Suède ( 1303 - 1373 )

 

 

 

 

Repost 0
Published by Dan Ar Wern - dans Poems and Songs
commenter cet article
9 août 2006 3 09 /08 /août /2006 15:49

bando-03-finist--re.jpg

     

Le Chemin Perdu ( 5 ) 


 

 

                                              6-chapelle-st-they.jpg

              

                                       

                            Finistère



" La Bretagne est pour moi un pays intérieur avant d'être une réalité . Toutes les fois où cette Bretagne intérieure est rejointe par celle que je vois , je suis étonné de constater qu'elle est bien  comme je l'avais imaginée . Finistère : terre sans fin . Voilà ce que je ressens ici , où tout finit mais surtout semble pouvoir commencer . "
J.M.G. Le Clézio

                                      

                                          
                                       1
-
 
 

En tous ceux qui trouvent l'océan de nos peines

Rouge-sang ,

Sans espace et sans haine ,

Les mots tombent comme des perles de glace

Dans un miroir qu'il faut briser ,

Les rêves coulent des nuages ,

La vérité n'est qu'un visage

Où tu veux voyager ,

L'amour a trahi son âge ... 

   

                                 2 - 

Et tu es l'étranger ,

Parmi la foule des gens

Venus te retrouver ,

Sans te connaître ... 

                                 3 -

 

Tu voudrais être exilé de toutes ces paroles

Que déchire ton navire ,

Et l'écume a blanchi tes cheveux longs ,

Tu regardes vers le lointain , 

Par-dessus le pont ,

Quand l'eau semble noyer le feu de tes yeux incertains ,

L'avenir te dit que les marins sont comme

Les autres hommes ,

Leur destin se perd dans les étoiles ,

Mais déjà , tu ramènes la voile ,

Et tu délires ...
 

                                 4 -
 

La terre a son mystère , 

Et les blés te ressemblent ,

Fuir est leur seul souci ,

Finistère où tout finit ,

Par-delà les montagnes vides ,

Par-delà les chaumières sans vie ,

Qu'il faisait bon mourir , au temps jadis ,

Où tu n'avais de nom

Que " Cornouaille Léon " ,

Fils de Bretagne-La-Disparue !

 

                                        5 -
 

Et tu as cherché ,

Parmi la foule des gens ,

Venus d'île en île , au Pays d'Ys ,

Sans jamais la reconnaître ...
 

                                  6 -

 

Tu voudrais être guéri de toutes ces blessures

Que déchire ton navire ,

Et la brume a rejoint les nuages ,

Le vent souffle dans ton coeur ,

La pluie tombe ,

Et tu trembles , tu as peur !

Tu regardes vers le lointain , passé le bastingage ,

Où l'eau semble noyer le feu de tes yeux incertains ,

L'avenir te dit que les marins sont comme

Les autres hommes ,

Leur destin se meurt dans la souffrance ,

Mais déjà , tu prends patience ,

Et tu soupires ... 

                                 7 -

 

La mer a son mystère ,

Et les flots te ressemblent ,

T'attendre est leur seul désir ,

Guetter une main qu'il faut saisir

Au-delà du sourire des heures ,

Qui s'efface ,

Au pays des souvenirs sans âge ,

Tu te rappelles , jadis ,

Un enfant voulait vivre ,

Il est mort ,

Le temps que tu délivres Morgane ,

A la chevelure blonde ,

Au charme si pur ...
 

                                       8 - 

Et tu as cherché ,

Parmi la foule des gens ,

Venus le retrouver ,

Sans te connaître ... 

                                 9 -
 

Tu voudrais être à jamais vivant ,

De tous ces empires

Que déchire ton navire   !
 

                                10 -

 

Et le ciel a grandi tes espérances ,

Tu regardes vers le lointain ,

Libre de la France ,

Où l'eau semble noyer le monde ,

Et ton rire incertain ,

Finistère où tout commence ,

L'avenir te dit que les marins sont comme

Les autres hommes ,

Leur destin se perd dans les étoiles ,

Mais déjà , tu hisses la voile ...

 

                                         ___

 

Dan Ar Wern - Le Chemin Perdu - 5 - Finistère (1973) - Pep gwir miret strizh / Tous droits réservés / All rights reserved . "Le Chemin Perdu " , Copyright 1992 .

                                         ___ 



" Si nous survolions la côte finistérienne 

  nous la verrions comme un front qui se hérisse

  de mèches liquides , résiste à la puissance 

  conjointe de deux océans . 

  Ce n'est pas le bout du monde

  comme le veut un pitoyable cliché .

  Penn-Ar-Bed  ! Tête de l'Univers  !

  Voilà , nous y sommes  !

  Pour tout ce qui concerne notre pays , convenez-en ,

  Il y a toujours eu une inversion des valeurs . "

  Xavier Grall , "Le Cheval Couché ( Hachette , 1977 ) 

 

 

 

 

- 8 -

Repost 0
Published by Dan Ar Wern - dans Le Chemin Perdu
commenter cet article
2 août 2006 3 02 /08 /août /2006 23:52

 Balade au Pays des Ombres

( 9 )

Rencontres - Kejadennoù - Meetings

 

" Ces ombres , elles étaient là ,

  sur le chemin ... "

Stefan Zweig -

" Le Voyage dans le Passé " * 

                     
           Ce sont les ombres de Zelda et de Scott Fitzgerald que je recherchais peut-être sur le Boulevard Montparnasse . ( 1 )
 

Ou bien celle de leur compatriote Hemingway ?

" Paris Est Une Fête  " , écrira bien plus tard ce dernier . ( 2 ) 

 Songeait-il à celui qui , mieux que quiconque , a su montrer les fêlures de l'âme face aux mirages d'une vie bâtie sur le sable mouvant des gloires factices ?

Jacques Rivière , survivant tragique de la " Belle Epoque  " , faisait lui aussi partie de cette génération perdue des années folles qui , brûlant sa vie par les deux bouts , trop heureuse d'avoir pu échapper au grand cataclysme , se donnait l'illusion de croire à une sorte de renouveau . ( 3 ) 

            Mais il fallait certainement se sortir d'une éducation devenue trop rigide .

En ces années de retour primitif à la brutalité de la guerre , la liberté perdue , comme le dénuement psychologique , préfiguraient aussi un désir d'aventure où l'on s'élancerait à nouveau , plein d'espoir , sur le terrain reconquis de l'exploration du genre humain .

Pourtant , l'homme ne changerait pas .

            "Tendre Est La Nuit  "  décrit l'ambiguïté d'un sentiment , lorsqu'il devient malentendu , source de folie meurtrière , à l'image d'une explication personnelle de la paranoïa planétaire .

" Aidez-moi , Dick , aidez-moi  ! , supplie Nicole , tandis que celui qui ressemble au héros providentiel n'offre , en réalité , qu'un reflet trompeur , celui d'une déchéance programmée .

Où est la vérité de l'amour , quand il joue à cache-cache avec les apparences , devant le miroir secret de nos propres désirs obscurs , grimaces névrotiques d'une douleur inavouée ?

                                    

              ___

 

 

 

            Je devais penser à tout cela , ce jour de mai 1990 où je rencontrais Pascale , demoiselle fugitive , à l'ombre des marronniers en fleurs de la rue Cassini . ( 4 )

Elle me parut si timide et déboussolée , cachant avec soin sa crainte " animale  " derrière la maladresse polie de rassurantes banalités d'usage .

Nous venions de nous connaître . C'était une amie de Laura , son ambassadrice , dont elle me vanta d'ailleurs les mérites . ( 5 ) 

Les contraintes d'un emploi du temps trop strict à son goût , les avaient forcées de remettre sans cesse à plus tard cet exercice , jugé par elle si périlleux , d'un premier face à face avec ma correspondante .

            Elle venait de Marseille , Corse d'origine , disait-elle , exilée depuis peu dans la région parisienne : une jolie fille d'environ vingt-cinq ans , travaillant dans les assurances , réceptive , attachante , l'oeil vif , avec de beaux cheveux noirs , que je ne devais jamais revoir par la suite ...

            Une liaison malheureuse l'avait surtout meurtrie , je m'en rappelle : cette sombre histoire avec un homme marié qui , ne souhaitant pas quitter pour elle sa femme , s'était quand même enfui avec une autre .

            " Les mecs me semblent si différents , m'avait-elle confié au bout de quelques confidences , lors de notre tête-à-tête au restaurant .

" J'ai tellement de mal à les comprendre !

Nous avions fini par aller bien plus loin que l'expression convenue de souriantes civilités .

Mais c'était la souffrance ou l'inquiétude que je pouvais entrevoir , parfois , sur son clair visage , trop jeune encore .

" J'espère , au moins , que vous serez gentille avec elle ! "  conclut , dans un sourire , cette fière et farouche Colomba  ... ( 6 )                    

                                       


                 ___

 

 images-Meaulnes.jpg

 

            " Je cherche un coeur pur pour y prendre mon repos . " ( 7 )

Cette phrase émouvante , l'auteur du " Grand Meaulnes  "  l'avait trouvée inscrite sur le mur d'une " pauvre chambre  " , au milieu d'une ferme abandonnée . 

" Je ne la retrouverai pas dans ce monde , écrit-il encore à son ami , évoquant avec désespoir , une fois de plus , la merveilleuse rencontre qu'il fit à Paris , ce jour " miraculeusement beau  "  de l'Ascension 1905 . ( 8 )

            En guise de réponse au mystère  que cette âme fraternelle n'avait fait que sublimer dans la douleur d'une prière " incrédule  " ( 9 ) , Jacques Rivière , composant son chef-d'oeuvre , " Aimée  " , tentera , au contraire , d'en percevoir " les profondes limbes  " , de décrire , à sa façon , plus sensible à l'analyse terrestre , " les énigmes , les tressaillements  de l'amour  " . ( 10 )    images-J.Rivi--re.jpg

Mais saurait-il aussi bien les mettre en lumière que son condisciple de Lakanal , avec cette richesse extraordinaire des symboles qui sous-tend l'architecture ésotérique du " Grand Meaulnes  " ? ( 11 ) 

Déjà , " Madeleine  " reconnaît : " Le pays que vous avez découvert dans le secret de votre coeur , je l'ai cherché longtemps et vainement sur la terre . " ( 12 )

" Ce qu'il y a de plus ancien , de plus qu'oublié , d'inconnu à nous-mêmes  : je suis celui qui sait l'immensité et le mystère de toutes les vies ... " ( 13 )

C'est l'aveu inimaginable qu'il fait à son double , sur le chemin difficile de l'initiation chevaleresque .

            Alors , comment ne pas être troublé par la singulière complémentarité de leurs oeuvres ?

L'enchevêtrement subtil des liens et correspondances , finement tissés par tous les personnages qui accompagnent leur propre destin , nous étonne .

            " Le nom que je vous donnais était plus beau  " , s'excuse , gêné , le " Grand Meaulnes  " ( 14 ) . Pensait-il à Mélisande ? ( 15 )

N'oublions pas l'influence considérable , sur toute une nouvelle génération , du drame de Maurice Maeterlinck , magistralement orchestré par Claude Debussy , qui sera joué pour la première fois le 30 août 1902 à l'Opéra Comique , sous la direction de Messager .

Denis de Rougemont , dans son ouvrage fameux , " L'Amour et l'Occident " , s'efforcera de nous donner les clés de cette " histoire renouvelée de Tristan et Yseult  "  , où la passion d'amour se trouve liée à la mort . Les mêmes questions sont posées , qui resteront sans réponses , mais gravées en lettres de feu dans l'âme éternelle de celui qui devait périr au Bois des Chevaliers . ( 16 )

            " Je n'ai pu aimer que là où la Mort

              Mêlait son souffle à celui de la Beauté  " , 

écrivait déjà Edgar Allan Poe .


 

                       ___

 

CACDM3S1-Alain-fournier.jpg            ... Elle s'était un peu tournée vers sa compagne , mais son regard si pur , empreint d'innocence et de gravité , effleura le sien , semblant lui dire :

 " Qui êtes-vous ? Que faites-vous ici ? Je ne vous connais pas . Et pourtant , il me semble que je vous connais . " ( 14 ) 

           Quelques dix ans plus tard , Jacques Rivière , à la recherche de la Grâce , et venu pour accomplir un cheminement parallèle , connaîtra auprès d'une autre Yvonne les mêmes doutes :

" Ses yeux sont un gouffre où passe tout ce que j'ai . Oui , tout ce que j'ai d'esprit , d'imagination , de désir , je vous le donne , je le verse en vous . Et que me livrez-vous en échange ? C'est effrayant d'y songer : je n'ai rien , je ne sais rien , pas même où mes pauvres paroles vont se loger en vous , une fois que vous me les avez prises  ! Vous m'entendez pourtant , dites  ? Vous pourriez me répondre tout au moins , me faire un signe ... "  ( 10 ) 
 

                       ___ 
  

 

            " Un minuscule visage rose avec deux lumières bleues qui regardaient immobiles , tranquilles , et deux petits poings fermés comme deux boutons près d'une fleur " . ( 17 )

C'est la réponse de Jacqueline aux errances de son oncle , à celles de son père .

" Je t'aime , je t'aime , j'aime Dieu , j'aime les âmes , il n'y a que l'amour au monde ! " ( 18 )

Telle est sa certitude , le cri d'amour lancé , une semaine avant sa mort , par une jeune religieuse , le 10 décembre 1944 , à l'âge de trente-trois ans .

 

                        ___

 

 

         Une autre réponse fut celle d'Isabelle , sa mère ,  le 8 décembre 1921 , confrontée au spectre du découragement , dévorée par la tristesse et la résignation :

" Je sais donc maintenant que je ne suis rien qu'une unité dans la foule de tous ceux qui vivent et meurent chaque jour sans que personne s'en aperçoive et que mon passage sur la terre n'y laissera pas plus de traces que la bulle de savon dans l'air où elle crève . "  ( 19 )

Son fils unique allait aussi devenir membre d'un ordre religieux , la laissant toute seule avec son devoir de mémoire , cette mission sacrée de gardienne du temple dont elle s'est toujours acquittée courageusement .

Tous ceux qu'elle a chéris se souviennent encore d'une passion sincère et patiente animant tout son être .

" C'est à elle , note son fils , que Jacques Rivière et Alain-Fournier ont dû d'avoir été ce qu'ils sont et de s'être survécus parmi nous grâce à sa fidélité , à son intelligence , à son coeur . "    ( 19 bis )

 

                        ___

 

                            

            J'avais envie de discuter , moi aussi , avec le seul survivant de cette pauvre famille d'autrefois , si proche de nos difficultés existentielles .

 Mon premier message lui était bien parvenu .

" J'ai été en pélerinage à La Chapelle-d'Angillon , lui avais-je écrit , j'ai visité le château de Loroy ainsi qu'Epineuil . ( 20 )

Chaque fois que je me rends à Paris , je ne manque pas de passer devant l'immeuble de la rue Cassini .

Aujourd'hui , j'ai voulu découvrir la rue Boulard . ( 21 )

Mais la grille était fermée .

Avant d'aller vers Notre-Dame-Des- Champs pour l'Office de la Passion , j'ai trouvé votre livre ... " ( 13 avril 1990 )

            Un autre , le deuxième , plus écorché , relatait mes difficultés personnelles ( 18 octobre 1990 ) .

" La lettre de votre mère à son ami Copeau  , datée du 2 juillet 1923 , pourrait être aussi la mienne à une ingrate qui m'a laissée tomber :

( Je cite Isabelle ) " Les amitiés perdues , effacées , trahies , cette belle vie pure que vous rêviez , une chasse à l'argent , au plaisir ; la désunion , la méfiance , la haine à la place de l'amour . Que sommes-nous devenus ? Quelle épouvante tout à coup  ! Ne peut-on vraiment vieillir qu'ainsi , ne peut-on que descendre et s'enfoncer chaque jour davantage dans le monde et son vice  ? Où allons-nous  ? Où suis-je  ? " ( 19 ter )

            " Votre silence ( Il ne m'avait pas répondu ) s'ajoutait , je dois le dire , à bien d'autres .

Je me sens découragé , lui signifiais-je . Dieu paraît s'être éloigné depuis que je souffre et que je doute . A croire qu'il n'y a plus rien de vrai en ce monde ?

J'ai peine à poursuivre ce que j'avais entrepris .

Lorsque je découvre le long chemin de croix vécu par votre famille , je dois avouer que je me sens très triste .

J'ai du mal à comprendre votre père , ajoutais-je , un peu gêné . Je ne peux admettre de le voir flétrir - par désespoir ? - par ce mal qui nous ronge ? - " la Rose Pourpre " d'Isabelle . "

            Dans son livre , intitulé " La Trace et Le Sillage  " , Alain Rivière  nous montre qu' il a essayé, malgré sa grande timidité , sa profonde détresse , de survivre et de se battre , tout seul , au milieu d'un monde sans pitié .

" Pour moi , il n'y avait d'autre péché que de bafouer l'amour , écrit-il , c'est-à-dire ce qui seul reste quand on a tout perdu ; ce qui seul fait encore battre le coeur . " ( 22 )

            Je l'ai enfin rencontré , ce jour de novembre 90 , auprès de sa nouvelle famille de chair et de sang .

Quel affreux sentiment de solitude lui avait fait quitter le monastère pour " partager la vie des hommes  " ? Quelle épreuve avait dû être la sienne ?

" Je ne voulais pas d'un chemin qui s'écarte des êtres , m'avait-il alors confié .

            Longtemps , nous avons discuté , tous les deux . Nous avons redessiné les contours de cette belle histoire , un peu étrange , celle des siens , celle aussi des hommes qui souffrent , qui attendent le secours d'une main tendue , la grâce d'une prière éxaucée . Nous avons parlé de l'exil d'Henri à Brest .

Un grand portrait de son oncle nous faisait face . Il semblait poser encore l'éternelle question :

 " Mais quel est ce signe , dont parle Camus , cette énigme posée au centre du monde ? " ( 22 )

... " Comme un dernier regard , celui de l'amour , qui nous fait vivre jusqu'au bout de désir et d'espoir ...

 

                       ___

 Notes : 

 

1 - Francis Scott Fitzgerald ( 1896 - 1940 ) , romancier américain , auteur de " Tendre Est La Nuit  " / Tender Is The Night ( 1934 ) , et Zelda Sayre Fitzgerald , son épouse , ( 1900 - 1948 ) , peintre , auteur dramatique , écrivain américain .

2 -  " Paris Est Une Fête  " , roman d'Ernest Hemingway qui évoque les années 1921/1926 . Ecrit vers 1957 . Publié après sa mort .

3 -  Jacques Rivière ( 1886 - 1925 ) , écrivain français , directeur de la NRF , beau-frère d'Alain-Fournier , dont il épousa la soeur , Isabelle.

Essayiste , romancier . Auteur du roman " Aimée  " , Gallimard , 1922 , dédié à Marcel Proust , " Grand peintre de l'amour " . Il s'agit d'une évocation romancée de sa liaison avec Yvonne Gallimard .

4 - 2 , rue Cassini , 4ème étage ( XIVe Arrdt.) . L'une des adresses parisiennes de la famille d'Alain-Fournier , qui y emménagea en 1910 .

5 - C/f : " La Rencontre " ( Auberive , 2 ) - " Assurances  " ( Journal , Souvenirs , III ) . 

6 - " Colomba  " , roman corse de Prosper Mérimée , publié en 1840 . Il existe maintenant une version en langue bretonne .

7 - Lettre d'Alain-Fournier à Jacques Rivière , datée du 21 septembre 1909 . Citation de " L'Imitation de Jésus-Christ  " , livre de piété de la fin du 19ème siècle , in " Correspondance de Jacques Rivière et d'Alain-Fournier  " , Gallimard , 1948 .                                   

8 -  " La Belle Histoire  " , chapitre du livre consacré par Isabelle Rivière à son frère Henri ( Alain-Fournier) : " Images d'Alain-Fournier  " , Emile-Paul , 1938 .

9 - Evoque la crise spirituelle traversée par Alain-Fournier . Voir ci-dessus n°6 , " Correspondance J-R / A-F  " .

10 - " Aimée  " , par Jacques Rivière , Gallimard , 1922 .

11 - Alain-Fournier passa 3 années scolaires au Lycée Lakanal de Sceaux ( 92 ) , d'octobre 1903 à juillet 1906 . Classe de rhétorique supérieure ( Khâgne ) . Il y rencontra Jacques Rivière .

12 - " Miracles  " , Poèmes et Proses d' Alain-Fournier , Gallimard , 1924 . Introduction de Jacques Rivière .

13 - Lettres d'Alain-Fournier à Jacques Rivière datées des 26 décembre 1906 et 28 septembre 1910 . Voir ci-dessus n° 6 , " Correspondance J-R / A-F  " .

14 - " Le Grand Meaulnes  " , d' Alain-Fournier . Emile-Paul , 1913 . Il existe une version en langue bretonne , " Meaulnes Veur  " , Ar Skol Vrezoneg / Emgleo Breiz , 2000 .

15 - " Pelléas et Mélisande " Et  " Le Grand Meaulnes  " , Bulletin 64 / 65 de l' AJRAF ( Association des Amis de Jacques Rivière et d' Alain-Fournier ) .

16 - Lieu où fut tué le Lieutenant Henri Fournier , le 22 septembre 1914 .

17 -  " Le Bouquet De Roses Rouges  " , par Isabelle Rivière . Roman autobiographique . Paris , Corrêa , 1935 .

18 - Lettre de Jacqueline Rivière , moniale , à sa mère . In " Jacqueline Rivière , Une Inconnue Sans Histoire  " , par Alain Rivière ( son frère ) , Fayard , 2003 .

19 - Lettre d'Isabelle à son amie Yvonne Bec , datée du 8 décembre 1921 .

In " Isabelle Rivière ou la Passion d'Aimer  " , par Alain Rivière , son fils . Fayard , 1989 .

19 bis - Même ouvrage .

19 ter - Lettre d'Isabelle à Jacques Copeau ( 2 juillet 1923 ) . Même ouvrage .

20 - Epineuil-Le-Fleuriel , dans le département du Cher , où se trouve le village et l'école Ste-Agathe du " Grand Meaulnes  " . Voir " Au Pays d' Alain-Fournier  " , Bulletin de l'AJRAF .

21 - 29 , rue Boulard ( XIVème Arrdt.) . Maison d'Isabelle et de Jacques Rivière à Paris .

22 -  " La Trace et le Sillage  " , par Alain Rivière . Fayard , 1996 . Chapitres : " La Déchirure " et " Le Dernier Regard " . Autobiographie .

 

                                       ___

 

DAN AR WERN - Balade Au Pays Des Ombres9 - Journal de Yann Kervern ( I ) - Rencontres - 31 juillet 2006 - Pep gwir miret strizh / Tous droits réservés / All rights reserved . Traduit du breton par l'auteur . " Balade Au Pays Des Ombres " , Copyright 2006 .

                                       ___

 

 * Stefan Zweig - " Die Reise in die Vergangenheit " ( Widerstand der Wirklichkeit , 1929 )

images-Alain-Fournier---Jacques-Rivi--re.jpg

                                        

 

 

 

 

 

Repost 0
27 juillet 2006 4 27 /07 /juillet /2006 09:19

images-confidences.jpg 

 

 Kuzhuligoù Re Nes  
d'am C'halon

 

  Pennad Daoù         
 27 a viz Gouere 2006

 

                                Pep hini a c'hellfe bezan , a-hend-all , unan eus tudennoù ar film Patrice Leconte , " Kuzhuligoù Re Nes d'am C'halon " ( Confidences Trop Intimes ) , kenwerc'het e 2004 . ( 1 )

 

                               Anna pe William , me pe c'hwi , n'eus forzh piv en deus en em c'houlennet mil dra all un deiz  , diaes ha pouezus , diwar-benn e vuhez e-unan , hag ar perzh 'zo bet roet dezhan , hervez doare : kuzhulier war an telloù , gwerzherez sac'hoù-beaj , hag all ... 

                               Met , a-wechoù , e vezomp dihenchet , hag e tigoromp , dre " zegouezh " , un nor all davet ur bed iskis . Neuze e kavomp un istor fromus , un istor a garantez dic'hall , kuzhet a-drenv da gomzoù forc'hellek , re hon Tonkadur .

                               " Me ' gomz ganeoc'h , hag e selaouit ouzhin " , setu ar gevrat zibrizh hon eus sinet gant bredelfenner(ez) hor c'halonoù rannet , hon eneoù brevet : setu istor daou zanserien war glask o c'hempouez , gant ur sonerezh romantel-tre , tenval ha kevrinus war un dro , hini Pascal Estève .

                                Ivez a gavan , em boa strivet d'ober traoù bennak evel-se anvet " Ar Gejadenn " pe " Gernevez "  , hag all ... ( 2 )

                                           
                                          ___

 

DAN AR WERN - Aman Hag Ahont - 2 - Kuzhuligoù Re Nes d'am C'halon - 27 a viz Gouere 2006 - Pep gwir miret strizh - All rights reserved - Tous droits réservés . " Aman Hag Ahont  " , copyright 2006 . 

                                          ___

Notennoù :
1 - Confidences Trop Intimes / Kuzhuligoù Re Nes d'am C'halon - Sélection  Officielle Berlin 2004 - Studio Canal - Gant Sandrine Bonnaire , Fabrice Luchini . Sonerezh : Pascal Estève . DVD = KNL (Kantenn Niverel Liesarver ) .

2 - Niverenn Ispisial " Le Point " ( Meurzh / Ebrel 2006 ) : testennoù diazezel ar bredelfennerezh .

3 - " Ar Gejadenn " ( La Rencontre ) , " Kernevez " ( Villeneuve ) , danevelloù gant Dan Ar Wern .

 

Repost 0
Published by Dan Ar Wern - dans Aman Hag Ahont
commenter cet article
25 juillet 2006 2 25 /07 /juillet /2006 17:54

AZ394237-100-jeune-fille-sur-la-plage-2.jpgimages-jeune-fille-sur-la-plage-1.jpg                               


Le Chemin Perdu  ( 4 )       

 

                               
TOMBELAINE

 

 

" Dreamers may leave , but they're here ever after ... " 
  David Gilmour - "On An Island " - 2006 . *

 

 

 

 

 

 L'océan qui m'entraîne ,

 Berce mes rêves de porcelaine

 Sur des rochers couleur d'ébène

 Où s'effacent les vagues du temps ...

 

 Quand le vent nous promène

 Sur tes rives ,

 Tombelaine ,

 Pourquoi mon île , si fragile ,

 Es-tu perdue ?...
 

 images-tombelaine.jpg

 
 Mais je recherche en mon coeur ,

 Ta misère , ta froideur ,

 Et cette ardeur , Saint Michel ,

 Qui m'appellent ,

 Parmi les brumes de l'oubli ...

 

 L'océan me ramène ,

 Comme un bateau de porcelaine ,

 Et son écume , blanche de laine ,

 Tisse et retisse infiniment

 Les voiles du temps ...

 

 Quand le vent se déchaîne ,

 Sur la grève ,

 Tombelaine ,

 J'ai retrouvé ta beauté ,

 Mon inconnue ,

 Parmi les rêves de mon âme ,

 La solitude d'une femme nue

 Et le crachin de l'ennui ...

 

 L'océan qui m'entraîne ,

 Brise mes rêves de porcelaine

 Sur des rochers couleur d'ébène

 Où sombre infiniment

 Le regard d'un enfant ...

 

                                     ___

 

 

 

DAN AR WERN - Le Chemin Perdu - 4 - Tombelaine - 1972 ( et Citation 2006 ) - Pep gwir miret strizh / Tous droits réservés / All rights reserved . "Le Chemin Perdu " , Copyright 1992 .

                                     

                                                   images-amour-et-lumi--re.jpg

* "On an Island " , copyright 2006 David Gilmour Music LTD / EMI Music Records LTD . All rights reserved .

 

 

 

 

- 7 -

Repost 0
Published by Dan Ar Wern - dans Le Chemin Perdu
commenter cet article
20 juillet 2006 4 20 /07 /juillet /2006 18:53



The Lovely Linda


Pennad Kentan          images-Linda.jpg
12/05/2006 

         Gwelet dec'h ur film skinwel fromus diwar-benn buhez Linda McCartney ( 1941 - 1998 ) , savet e 2000 gant Armand Mastroianni , an hini en deus graet ivez filmoù ar stirad  polis brudet " Mary Higgins Clark " , ha skignet evit ar wech gentan war M6 .

Anzav a ranker ez eo prizius kavout evel-se seurt istorioù a-zivout tud hon eus karet , evel ma oar ober an Amerikaned .

                                 Ha , diouzh an abardaezh , e-barzh " Julie Lescaut " ( TF1 ) , un draig am eus kavet a-dreuz . 

Unan eus an harozed yaouank-neveziant , un anv breizek gantan , a lar da vMouss Diouf : " N'on ket Breton , daoust da se , va anv . Eveldout . N'out ket Afrikan . Evidon-me , ganet on e keoded ar 4000 , er C'hourneuv ! "

Siwazh eo un druez , d'am sonj , klevout seurt diotachoù war ar skinwel .

N'eo nemet moraerion ar Vretoned evitan , war a seblant .

Evit gwir eo Breizh un hollved , a-hend-all , ha ganti ur gwir Sevenadur ivez .

N'eus forzh pe lec'h emaomp o vevan -  estaj pevarzek un HLM ? - ( 2 ) , e-touez Arabed pe Sinaiz , e Bro-Frans pe er Stadoù-Unanet .

Ret e vefe adlenn levr Roparzh Hemon ( 3 ) , pe hini Morvan Lebesque  ( 4 ) ! 

 

                                ___


DAN AR WERN
- Aman Hag Ahont1The Lovely Linda
- Pep gwir miret strizh / Tous droits réservés / All rights reserved . " Aman Hag Ahont " , Copyright 2006 .

                                ___
Notennoù :
1 - " The Lovely Linda " , ur ganaouenn gant Paul McCartney , EMI Records LTD / MPL Communications 1970 .

2 -  HLM = AFA ( Annez Feurm Argrenn ) e Brezhoneg .

3 - " Ur Breizhad Oc'h Adkavout Breizh " , AL LIAMM , 1972 .

4 - " Comment peut-on être Breton ? " , Le Seuil , 1970 .

                                                   

Repost 0
Published by Dan Ar Wern - dans Aman Hag Ahont
commenter cet article
16 juillet 2006 7 16 /07 /juillet /2006 18:59

    images-nice.jpgCA253R1Y.jpg

 

Balade au Pays des Ombres

 ( 8 ) 

 

Un Immeuble Au Nom d'Etoile - Ur C'hendi , Anv Ur Steredenn Warnan - One Star-Called Block Of Flats .

 

 IM5412721nice.jpg

 

                            

          J'habitais un immeuble au nom d'étoile ... Signe prémonitoire ?

Nous avions dû laisser les parcs et jardins somptueux de l'antique " Cemenellum  " ( 1 ) pour émigrer vers l'ouest , du côté de l'Avenue de la Lanterne , artère célèbre chantée par Louis Nucéra ( 2 ) , qui se plaisait lui-aussi à découvrir sur un vélo les collines de Nice , peut-être à la recherche , tel ces " envoyés de la Beauté sur la Terre  " , des couleurs subtiles de son inspiration d'écrivain .

Plus tard , je m'en suis voulu  , comme " Le Grand Meaulnes  " ( 3 ) , d'avoir préféré parfois mes courses solitaires plutôt que le clair-obscur des salles de cours de la fac .

Pourtant , c'était la jeune et séduisante Madame Labarrère ( 4 ) qui , de sa voix douce , un peu " hautaine  " ( 5 ) , et dans la lumière tamisée d'après-midi tardives , parlait à demi-mot d'une mystèrieuse enchanteresse , créature évanescente qu'elle incarnait , sans le savoir , et qui me faisait rêver .

 

Affiche-20film-202-Le-grand-Meaulnes.jpg 

       

          Néammoins , lors de ces promenades ,  je n'avais guère conscience , en réalité , d'un quelconque attachement .

La trame indéchiffrable du Destin m'avait conduit là , c'était tout .

Je n'implorais pas , comme Nietzsche :

" Il me faut la lumière , l'air de Nice , il me faut la Baie des Anges ! " . 

Tout ça , je l'avais sans m'en rendre compte , m'en imprégnant sur place d'une manière instinctive , renouant ainsi avec l'enfance de mon " père " qui , tout petit , dans une ville sans voitures , s'était échappé discrètement de la maison familiale de Saint-Roch , et , par l'avenue des Diables-Bleus ( 2 ) , grimpait maintenant les pentes du Mont-Boron pour ensuite les dévaler sur une carriole avec ses copains " nissart  " .

            Sur ma bicyclette , je prenais avec peine la petite route montante menant à un passé révolu , ce " chemin qui s'enfonce  " ( 5 ) , dans l'arrière-pays , par les villages pittoresques de Saint-Roman-de-Bellet , d'Aspremont , vers la " citadelle  " de Levens , avec son esplanade grandiose , où souffle , les jours d'hiver , ce vent froid venu des montagnes toutes proches .

            " Grand-père  " Marcel y avait été gendarme dans les années trente .

Je ne l'ai su que par la suite .

Mais je me demande encore quelle force inconsciente m'avait poussé souvent dans ce lieu inaccessible , sur les traces d'un parent bien trop tôt disparu .

Il nous avait laissé juste avant ma naissance , et pour moi , son souvenir ne vivait plus qu'au hasard de vieilles photos de l'immédiat après-guerre .

Parfois , pour les regarder , je me réfugiais dans une sorte d'alcôve , attenante à la chambre parentale .

Elles étaient cachées dans un carton , sous les draps amidonnés d'une penderie sans âge .

En tâtonnant , je devinais auprès d'elles , dans son étui de cuir marron , la présence mystèrieuse d'une arme sans munitions , la sienne .

C'était un vieux revolver , dont il m'arrivait de faire jouer le mécanisme .

Je humais toutes ces odeurs troublantes , les associant aux images d'une vie que je n'avais pas vêcue , songeant avec nostalgie aux fastes et malheurs du passé , aux aventures de Raskolnikov ( 6 ) , que j'étais entrain de lire , mais aussi , je ne sais plus trop bien pourquoi , à la roulette russe .

" Grand-mère  " Alice , de son accent chantant du Centre , m'évoquait sa rencontre avec ce beau militaire sur les bords de la Loire , me plongeait dans un autre univers , celui de leur insouciante jeunesse , morvandelle et nivernaise .

J'y mêlais la vision plus tragique d'un membre de notre famille bretonne , héros de la Résistance , qui , m'avait-on raconté , dut attendre l'annonce de son châtiment comme Dostoïevsky , condamné à mort le 22 décembre 1849 ,  sur l'immense place de Saint-Petersbourg ... ( 7 ) 

 

            " Tout ce que j'écrirai ne dira jamais ce que je sens  " . ( 8 )

C'est l'aveu d'impuissance de Marie Bashkirtseff , qu'elle exprime dans son journal intime , publié peu après sa précoce disparition .

Ce pourrait être aujourd'hui le mien .

" J'aime Nice , Nice , c'est ma patrie ! " , y note-t-elle encore en 1874 , tandis qu'elle séjournait en ce lieu un siècle auparavant .

Je revois sa petite fontaine , gravée de caractères étranges , dans la rue qui porte son nom .

Cette jeune fille à peine connue me fascinait par la brièveté de son existence autant que par cette image imprécise d'étrangère ou de " Madone  " lointaine que je me faisais d'elle . C'était l'absente , c'était maman ! 

Plein d'ignorance , mon esprit naïf n'hésitait pas à rapprocher " l' éphémère Moussia  " du Tsarévitch , dont je visitais parfois l'énigmatique sépulture , complètement nue et dépouillée , derrière l'église Saint-Nicolas . ( 9 )


facade.jpg
 
Que savais-je de lui ? Pas grand chose , sinon que sa vie devait ressembler à la mienne , aussi désespérante , et que la présence russe avait été , ici , magnifiquement affirmée par la construction d'édifices grandioses .

D'ailleurs , n'avais-je pas moi-même ce privilège incroyable d' étudier dans l'ancien palais des tsars ? 

Je déplorais seulement qu'on ait dû , pour des raisons de sécurité , modifier considérablement la façade originale d'un ouvrage aussi exceptionnel .

Tous ses balcons à cariatides sculptées , ses ornements , toutes ses moulures de style rococo avaient été détruits .

De l'imposant " Hôtel Impérial " d' Adam Dettloff  ( 10 ) , que resterait-il , désormais ?


                                  aff-image-hotel-imp--rial.jpg



Sinon quelque vestige d'un vaisseau fantôme , ou bien l'épave sinistre d'une espérance abandonnée ...

            Qu'est-ce qu'un amour ? Et qu'est-ce qu'un peuple ?

En cette période troublée de l'adolescence , j'aurais eu besoin des lumières de Renan pour faire face à ces interrogations douloureuses que l' Homme affronte sans pouvoir jamais les résoudre .

" Une Nation est une âme , un principe spirituel " , affirme-t-il à l'occasion d'une brillante conférence à la Sorbonne . ( 11 )

             Si maintenant j'arrive à davantage apprécier les subtilités mélodiques développées par le génie d'un compositeur , ou la richesse infinie des nuances travaillées par le peintre sur sa palette , je ne me posais même pas la question de savoir alors si , tel Nietzsche ou Marie Bashkirtseff , et , sans doute , bien d'autres anonymes , je pouvais aimer Nice .

D'ailleurs , pourquoi me trouvais-je là , en cet endroit si lointain , si différent des lieux de ma naissance ?

Pourquoi pas le Cap Nord , puisqu'un jour , comme on bâtit des châteaux en Espagne , un copain savoyard s'était mis à nous faire miroiter , sans jamais l'assouvir , cette fabuleuse quête boréale ?

J'en voulais à la Terre entière de vivre en exil , si loin de ma patrie !

Mais " les origines frappent le subconscient comme on le dit d'une médaille " . ( 2 )

La Bretagne vibrait en mon coeur , et je la portais fièrement de tout mon être . Pourquoi ? 

Pourquoi devais-je me convaincre d'une accidentelle destinée ? 

Quant à l'errante recherche d'un enracinement trompeur , n'était-ce pas aussi dans l'air du temps ?

            Chaque livre , glané " au hasard  " , me ramenait aux souvenirs d'une prime enfance dont je me sentais cruellement dépossédée .

Des images revenaient sans cesse à ma mémoire , obsédantes .

Ce vieux chalutier piqué de rouille , traversant avec lenteur les eaux grisâtres du Golfe du Morbihan , naviguerait toujours dans l'oeil émerveillé d'un garçonnet de trois ans qui cherchait sur l'onde un reflet complice , une réponse , peut-être la lueur chaude et maternelle émergeant d'un Royaume englouti ...

L'océan ! Mor-Breizh !

Son odeur indéfinissable , sa chair saline et ses mystères perpétuels , lancinantes mélopées du chant breton , qui s'égrènent en vagues innombrables déferlant sur des chapelets d'îles et de récifs ...

            La splendeur du Cosmos était , dit-on , pour lui , un ravissement !

Je me délectais de ses " Souvenirs d'Enfance et de Jeunesse  " ( 11 ) , tâchant d'inventer mon prochain voyage au " Pays des Nuages Tristes  " , bien au-delà de la Voie Lactée , celui des Déesses barbares qui , de leurs yeux verts comme l'émeraude , percent le brouillard d'une mythique légende des siècles .

" Je suis né ... au bord d'une mer sombre , hérissée de rochers , toujours battue par les orages . " ( 11 )
                                                                   

  CAWHWCTF-renan.jpg                  

          La mienne se trouvait plus au Nord , pâle comme la face de la Lune , et même si je ne parvenais à saisir sa parfaite Beauté , j'imaginais la chevelure argentée d'une ondine effleurant de sa main légère quelque harpe céleste dont le chant cristallin vient mourir sur les îles d'Avalon , pour , sans cesse , renaître . ( 12 )

" Mes Divines , la Foi est aventure , proclame Xavier Grall , vent claquant , souffle , envolée de colombes , voile gonflée .

" Partez , partez au nom de Dieu . " ( 13 )

            Sept ans d'exil , sept ans !

Mais j'ai retrouvé le pays de Gwenc'hlan , et celui d'Arthur , très déçu qu'on n'y entende plus guère les envoûtements de Morwenn et la langue des ancêtres , ce beau chant d'amour entre Diarmaid et Grainné . ( 14 )

" Me droc'ho ma zeod em bek ,

   Ken diziski ar Brezonek ! "

" Je couperai ma langue dans ma bouche , plutôt que d'oublier le Breton ! " , lance Brizeux . ( 15 )

Ma patrie invisible , où se cachait-elle ?

 " E pe lec'h " ? Où ça ?

" E pe lec'h ma red ho koantiz ? " Où court votre beauté ? , chante Glenmor . ( 16 )

            Petite hermine , vive et rusée , sors de ton gîte , sous les chênes , montre-nous le chemin de la renaissance ! ( 17 )

Conduis-nous vers les hautes terres !

            " Que peuvent savoir de la Bretagne ceux qui ne connaissent que le monde ? " ( 18 ) , pensais-je aussi , regardant vers le large .

Je me suis tenu sur le seuil . Et j'ai prié l' Archange de me montrer l'ombre et la lumière .

Je t'ai vue , au loin , dans l'infini des brumes océanes .

Qui pourra mieux parler à mon coeur du poids de nos lourds secrets ?

Tombelaine ! ( 19 )

Soudain , je retrouve , tel Novalis , " d'anciennes mélodies  " que le vent capricieux murmure au spectacle futile des apparences . ( 20 )

" Pourquoi mon île , si fragile , es-tu perdue ?... ( 21 )

 

                                     ___
Notes :

1 - " Cemenellum " , nom de l'ancienne ville romaine de Cimiez .

2 - Louis Nucéra ( 1928-2000 ) , écrivain niçois .

- " Chemin de la Lanterne " , roman , LGF , 1982 et Grasset/Fasquelle 1997 .

" Les origines frappent le subconscient comme on le dit d'une médaille  " .

- " Avenue des Diables-Bleus  " , Grasset , 1979 .

3 - " Le Grand Meaulnes  " , d'Alain-Fournier ( 1886 - 1914 ) , roman , Emile-Paul , 1913 . Fayard , 1986 .

Version bretonne : " Meaulnes Veur  " , bet lakaet e brezhoneg ( traduit par ) Yann-Ber Thomin , Ar Skol Vrezoneg / Emgleo Breiz , 2000 .

4 - Christiane Labarrère , professeur de littérature à la Faculté des Lettres de Nice en 1971 , écrivain .

5 - " Miracles  " , par Alain-Fournier , poèmes et proses , 1924 . Préface de Jacques Rivière . Arthème-Fayard , 1986 .

6 - Personnage principal de " Crime et Châtiment  " par Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski ( 1821 - 1881 ) . Publié en 1866 .

7 - C/f : " Yowan Dagorn  " , in  " La Porte Océane  " - 17 - Le Cimetière Marin  ( Auberive , 13 ) , par Dan Ar Wern . 

8 - " Journal " de Marie Bashkirtseff ( 1858 - 1884 ) , peintre , écrivain russe  ( Ecrit de 1873 à 1884 ) .  Publié par le " Cercle des Amis de Marie Bashkirtseff " .

9 - Eglise Russe de Nice , Saint-Nicolas et Sainte-Alexandra . Construite en 1859 sous l'impulsion de l'impératrice douairière Alexandra Feodorovna , veuve du tsar Nicolas 1er . La plus ancienne église russe en Europe occidentale .

- Tombe du Tsarévitch Nicolas , fils d'Alexandre II , mort d'une méningite à l'âge de vingt ans lors d'un séjour à Nice en 1865 à la villa Bermond , sur le site actuel de l'église .

10 - Adam Dettloff ( 1852 - 1914 ) , architecte polonais de l' Hôtel Impérial , inauguré le 18 janvier 1902 , transformé en Lycée du Parc Impérial en 1924 .

11 - Ernest Renan ( 1823 - 1892 ) , écrivain breton , philosophe , historien , philologue .

" Qu'est-ce qu'une nation ? " , conférence à la Sorbonne , 1882 .

" Souvenirs d'Enfance et de Jeunesse  " , autobiographie , 1883 , Calmann-Lévy .

12 - " The Poems of Ossian  " , par James MacPherson ( 1736 - 1796 ) , poète écossais . London Edition , 1796 .

Version française : " Ossian , Saga des Hautes-Terres  " , éditions Libres / Hallier , 1980 .

13 - " L' Inconnu me Dévore  " , par Xavier Grall ( 1930 - 1981 ) , journaliste , poète , écrivain breton .

Editions Calligramme , 1984 .

14 - Légendes celtiques .

15 - Auguste Julien Pélage Brizeux ( 1803 - 1858 ) , poète romantique breton .

16 - Glenmor - Milig Ar Skanv - ( 1931 - 1996 ) , chanteur breton . " Viviana " .

17 - L'hermine , symbole de la Bretagne .

18 - " Lieux et Histoires Secrètes de Bretagne  " , par Patrice Boussel . La Porte Verte , 1980 .

19 - Petite île au large du Mont Saint-Michel .

20 - Novalis - Friedrich Von Hardenberg - ( 1772 - 1801 ) , poète romantique allemand , philosophe .

- " Heinrich Von Ofterdingen " , roman inachevé , 1802 . Version Française : Editions bilingues Aubier / Montaigne , 1942 .

21 - Dan Ar Wern - " Tombelaine " ( 1972 ) , poème , in " Le Chemin Perdu  " , Copyright 1992 . Tous droits réservés / Pep gwir miret strizh / All rights reserved .

                                     ___

 

DAN AR WERN - Balade au Pays Des Ombres - 8 - Journal de Yann Kervern ( I ) - Un Immeuble Au Nom D'Etoile - 11 / 07 / 2006 - Pep gwir miret strizh / Tous droits réservés / All rights reserved . " Balade Au Pays Des Ombres " , Copyright 2006 . Traduit du breton par l'auteur .

                                    ___

 

    

                      marie-bashkirtseff.jpg

 

 

Repost 0

Articles Récents

Liens