Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 17:30

 

 

AUBERIVE ( 3 )

 

 

 

La Rencontre  , Pistes et Réflexions
( I )
 

 

 

 


1 - Le côté littéraire

 

            Le 1er juin 1905 , jeudi de l'Ascension , sur les marches du Grand-Palais , se trouve une belle demoiselle accompagnée d'une souriante dame en noir.

Cette grande jeune fille blonde portant un manteau " marron clair  " ainsi qu'un " gracieux chapeau de roses  ", n'est autre que la Femme capitale , celle qui bouleversa toute la vie d'Alain-Fournier , " cette âme frêle d'ancien satinqu'il évoque dans son roman "Le Grand Meaulnes " sous le nom d'Yvonne de Galais .

 

 

 

2 - Le côté profane, superficiel, exotérique 

 

 

            Il s'agit là du problème de l'individu moderne au coeur des grandes villes , coincé dans sa vie quotidienne , muré dans un sentiment de solitude . ( " Le silence grandit comme un cancer  ", dit la chanson - The Sounds of Silence / Simon and Garfunkel ) .

Comment faire pour briser les apparences , qui sont toujours fausses ?

La notion d'incommunicabilité : Il faut toujours faire semblant  / Ret eo bepred ober neuz . "

La télévision, la peinture : au-delà des images, plus loin que ce qu'on croît connaître, que découvre-t-on ?

" J'ignorais même son nom  / N'anavezen ket e anv zoken  " ( au sujet de Bouguereau ) .

Illusions, monde qu'on se construit comme des idées toutes faites, fausses certitudes. ( " Et pourtant , il me semble que je vous connais  / Ha koulskoude , a gav din , ho anavezout a ran  " ) .

Où se trouve le réel ?

" Sourires empreints de fausse prévenance  / minc'hoarzhoù damantus . "

" S'efforcent-ils tous d'afficher de si sombres , si tristes apparences ?  / Hag e ra van an holl da ziskouez diavaezioù ken sirius pe ken tenval  ? "

           La signification religieuse de Noël se réduit à celle d'un décor de fête foraine .

A notre époque , peu importe ce que vraiment vous êtes . Ne s'agit-il pas , d'abord , d'avoir un "look  " ?

            " Ne voyons-nous pas en effet comme les hommes se laissent prendre volontiers par toutes les apparences , par toutes les paroles vides des bateleurs de la politique , de la science , de l'art  ? " ( Edmond Delcamp - " Le Tarot Initiatique " ) .

 

 

 

3- Le côté profond, symbolique, ésotérique

 

 

            " Connais-toi toi même , et tu connaitras l'univers et les dieux  " .

C'est ce que l'adage affirme .

Qu'y a-t-il , outre l'illusoire chimère , au-delà des mots ?

 Mais il est difficile d'aller de l'autre côté du miroir, de découvrir la face cachée de l'iceberg , de franchir les limites de la conscience .

La vérité nous échappe .

Et pourtant , l'Homme ne peut se satisfaire de faux-semblants .

Depuis toujours , quelque chose en lui le fait souffrir. Il est devenu aveugle , comme un esprit de lumière plongé dans les ténèbres de l'incarnation .

" J'attends quelque chose d'imprécis, dont je ne peux saisir l'enjeu essentiel , à l'autre bout de la salle  / Gortoz a ran ne vern petra resis hag a vefe lec'hiet e penn all ar sal-man . "

             Le nombre symbolique et sacré , celui qui est censé régir notre univers, semble tombé maintenant dans la routine d'une affreuse comptabilité ( "Aligner des chiffres / Steudan sifroù  " ) .

Pourtant , ne nous interroge-t-il pas depuis l'aube des siècles ?

N'est-ce pas parce que , pour celui qui sait voir , et selon la parole d'Hermès Trimégiste , " tout ce qui est en haut est comme tout ce qui est en bas ? "

"Je ne vous connais pas . Et pourtant , il me semble que je vous connais . "

             Jung , le fameux psychanalyste , a voulu dépasser la notion d'inconscient pour l'élargir à celle d'inconscient collectif .

 

 

 

Les symboles , qui s'appliquent de manière générale quelles que soient la tradition des origines , seraient un chemin privilégié de communication .

" Mes voies sont supérieures à vos voies , et mes pensées plus élevées que vos pensées  ", disait le Seigneur à Isaïe .

On peut ainsi s'interroger sur le sens du nombre Douze : douze mois dans l'année , douze signes du Zodiaque , douze travaux d'Hercule , douze chevaliers de la Table Ronde , etc ...

Deux fois douze heures pour le jour succédant à la nuit .

Pie XI , grand pape à la Foi intrépide , a écrit :

" L'Univers n'est si resplendissant de divine poésie que parce qu'une divine mathématique , une divine combinaison de nombres règle ses mouvements . "

" Douze heures trente , aujourd'hui ... / Hiziv da greisteiz hanter ... " Certains prétendent que cette durée symbolisait l'achèvement d'un cycle et le début d'un autre ...

 

( A Suivre )

 

                           ___

 

 

DAN AR WERN - Auberive ( 3e Cercle ) - 3 - " La Rencontre , Pistes et Réflexions " (1985-1993 ) - I - Pep gwir miret strizh / Tous droits réservés / All rights reserved . " Auberive " , Copyright 2006 .
 

                              ___

 

 

Repost 0
Published by Dan Ar Wern Official Website - dans Trilogie 3 " Auberive " - Nouvelles
commenter cet article
23 avril 2006 7 23 /04 /avril /2006 19:46

                                 images-Rues-de-No--l.jpg 

AUBERIVE  ( 2 )

 

 

La Rencontre  
( suite )



undefined
           
D'abord , je ne compris pas pourquoi elle avait contacté le cercle "Nous-Deux ".

Ne lui était-il pas facile,  apparemment , de trouver des hommes chics , séduisants par leur mine et leur intelligence ?

Nous n'avions pas eu l'audace d'échanger nos photographies. 
D'ailleurs , depuis toujours , je l'avais imaginée très belle , un peu trop même , si jolie pour un homme sans valeur , un bureaucrate aussi insignifiant que moi .

"La Pin-up et le gratte-papier ", romance moderne , chapitre premier !

       J'avais répondu à sa lettre , dans la crainte , cependant , qu'elle ne se moque de moi .

Elle me parut si douce , au contraire , dans sa réponse , à me dévoiler sa solitude cachée , se montrant si proche de mes rêves les plus purs , me devinant si bien ! C'était inattendu !

Nous sentîmes tout de suite que nous étions faits pour vivre ensemble , main dans la main .

       Malheureusement , j'étais devenu si timide que j'avais plus ou moins décidé de donner une autre couleur aux contours de ma vie et de mes habitudes .

Je m'étais métamorphosé en voyageur de commerce , accourant aux quatre coins de la planète , allant par monts et par vaux , franchissant terres et mers pour pouvoir discuter d'affaires  très importantes , comme celles relatives à la banque , à l'informatique , etc...

       Dès lors , notre problème grossissait , à l'évidence : il fallait trouver du temps libre afin d'organiser cette fameuse rencontre .  

                                                                   

       Enfin , le mercredi arriva , rempli , j'ose le dire , d'incertitudes .

La frayeur me gagnait de plus en plus , à mesure que s'égrénaient les heures .

L'horloge tinta soudain !
Je me rappelle : Midi !

Je sentis mon coeur battre  violemment dans ma poitrine , et qui s'élançait comme un cheval rouge , au triple , au quadruple galop !

       Dans ma tête , qui ressemblait à un volcan , d'innombrables pensées se précipitèrent comme eux , pleines de force et de vitesse .

Il fallait partir !

       Je revis encore ce film raté de ma vie , telle cette pluie d'outre-tombe , fine et monotone , sous laquelle je marchais .

Le chemin n'est pas long , lorsqu'on emprunte le métro et ses galeries souterraines ; mais, ce qui l'allongea un peu , certainement , ce fut mon besoin de traîner , de m'abandonner à quelque sentiment de flânerie intérieure , ballotté par la foule , et de laisser monter en moi un flot de mille hallucinations oppressives , macérant au plus profond de mes entrailles , mêlées d'une colère sourde , et qui, bientôt , se transformeraient en désir de vengeance impitoyable !

       Le long des rues de Noël , joliment décorées , multicolores , sinueuses rivières noyées dans l'ambiance de la fête , défilaient par milliers ces vieux enfants d'adultes cherchant leurs nouveaux jouets , rêvassant dans la fraîcheur.

On se mettait à courir d'un côté ou de l'autre , personnages de pacotille qui s'égarent , fuyant un reflet passager , trace illusoire , tels des ombres solitaires qui s'amusent  de leurs propres jeux , qui, sans pitié , foncent à la recherche de leur destinée comme on cherche un sens indicible à une pièce de théâtre mystérieuse : ils mourront sans mot dire dans les bruits du silence ...

" THE SOUND OF SILENCE  " ( 3 )

Oui, s'enfuir, et n'emporter que nos baisers : " Si  , fuggire , e portarci solo i nostri baci  "...

La chanson du feuillage , qui bruit dans les arbres du Cours : le vent du nord-ouest les agite , et ma voix s'y perd , qui t'appelle à travers les paysages de ton enfance romaine ; ou mes mains , caressant doucement tes cheveux noirs ...

Longtemps je t'ai attendue , Laura , longtemps ...

       Mais , au-dessus des eaux sombres , je me revois traverser le Pont des Arts .

images-pont-des-arts.jpg
 


Bientôt ce sera toi , devant ce portail, vêtue d'une robe blanche , d'un manteau noir, couleurs de la Bretagne , avec une écharpe toute rouge de l'espérance farouche d'un printemps renaissant sur ta gorge !

Bientôt...

       Mon coeur tressaille , frémit comme la terre lorsqu'elle s'enflamme , explose : l'Etna , le Stromboli ...

J'ai des frissons , je tremble de fièvre.

Laura ... Le Grand Palais ...

                                                              images-grand-palais.jpg
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Je suis rentré au bureau .

J'ai beaucoup marché sous la pluie . J'avais soif , grand soif ...

Pendant des heures , j'ai fixé les trottoirs , la tête courbée , errant ici ou là , sans rien comprendre , sans savoir où j'allais .

Je m'étais mis à éclater de rire , puis à sangloter comme un sauvage ou comme un fou .

       Qui diable avait pu faire ce coup-là ?

Que s'était-il passé avec ma femme ? Qui lui avait dit ?

       Pourquoi portait-elle des vêtements noirs et blancs , comme ceux de Laura , ainsi qu'une écharpe écarlate ?

Elle semblait guetter quelqu'un , debout sur les marches , feignant de regarder les affiches , nerveuse et distraite , une cigarette aux lèvres , sous ce parapluie de Venise qu'il y avait bien longtemps je lui avais offert ...

Qui diable ?

                                 ___

 

DAN AR WERN - Auberive ( 3e Cercle ) - 2 - La Rencontre , suite ( Ar Gejadenn , traduction française ) - 2 - ( Kerzu / Décembre 1984 ) - Pep gwir miret strizh / Tous droits réservés / All rights reserved . Publié dans la revue AL LIAMM n° 234 , janvier/Février 1986 . ( Version française : 1990-1993 ) Tous droits réservés / Pep gwir miret strizh - AL LIAMM - 1986 ."Auberive " , Copyright 2006 .  ( Seconde Partie )
 

                                 ___

Notes  :

 

( 1 ) Dictons Trégorrois .

2 ) William Adolphe Bouguereau ( 1825 - 1905 , La Rochelle ) , peintre français : " Tentation " ( 1880 ) . 

3 ) " The Sound Of Silence " , une chanson devenue célèbre qui lança le fameux duo américain , Simon & Garfunkel . Copyright 1965 , Paul Simon - Pattern Music LTD , Sony Music / All rights reserved . 

                                                           

 

                                  ___ 

Repost 0
Published by Dan Ar Wern Official Website - dans Trilogie 3 " Auberive " - Nouvelles
commenter cet article
23 avril 2006 7 23 /04 /avril /2006 16:28

 

AUBERIVE ( 2 )

 

                             

 

La Rencontre

 

 

 


 à C...  ( ma première épouse , d'origine italo-autrichienne )

" Qui êtes-vous ? que faites-vous ici ? Je ne vous connais pas . Et pourtant , il me semble que je vous connais . "

ALAIN-FOURNIER , à-propos de " Mélisande " in "Le Grand Meaulnes " .

 

                                ___
 

                                                         

          Pas facile d'aligner des chiffres , ce matin . Depuis longtemps , des millénaires , je trouve cette vie longue , ennuyeuse ...

Toujours les mêmes gens , dans un bureau paisible comme une tombe . Je suis chef-comptable , quelle gloire !

Quand j'y pense ... Aujourd'hui , je n'arrive pas à fixer mes pensées , je ne peux , plutôt , les retenir.

Elles ont envie , j'en acquiers presque l'intime conviction , d'aller à l'aventure , d'errer , vagabondes , sur les toits gris humides ,  s'infiltrant par les vitres opaques , pour venir se rafraîchir sous les lueurs bleuâtres d'un  timide soleil d'hiver qui joue à cache-cache avec l'ombre des nuages noirs en lambeaux .

          Je ne suis pas très bien vu , par ici , parce que je suis le " Chef  ", c'est-à-dire un type entre le directeur principal et les employés .

Qui pourrait se satisfaire d'un pouvoir imposé de l'extérieur , même à l'abri , derrière des sourires empreints de fausse prévenance , comme chacun sait le faire alentour , moi pareil aux autres ?

          J'attends , dans la pénombre du jour déclinant, j'attends quelque chose d'imprécis , dont je ne puis saisir l'enjeu essentiel , à l'autre bout de la salle , si étroite , juste au-dessus du beau visage muet de ma voisine .

C'est elle qui , à moitié hypnotisée , se prosterne , gracieuse , emplie de fausse vénération , devant l'immense tas de paperasserie sans âme .

S'efforcent-ils , tous , d'afficher de si sombres , si tristes apparences ?

Parfois , je me le demande ...

Et moi ... Avec ma femme , qui n'a rien de plus à me dire que la télé , mes enfants qui , trop souvent , s'absentent , qu'on voit revenir , de temps à autre , en fin de journée , bien trop tard , vous avouerai-je , traînant après eux dans leur chambre des teen-agers débraillés , l'air étrange , à peine entrevus , qu'on ne reverra plus , d'ailleurs , par la suite ...

Quant à ceux-ci , pauvres malheureux !

Ne vivent-ils pas , cachés derrière l'emprise d'habitudes quotidiennes, la négation d'une véritable existence ?

Ils ont laissé leur conscience , à jamais sans doute , pour l'abandonner dans je ne sais quel monde invisible , mystérieux .

Ce ne sont plus que d'artificieuses machines, vides et obéissantes , travaillant comme il faut , bien sûr, et juste en face de moi .

Cauchemar monstrueux !

Comment les quitter ? Comment fuir d'ici , me rendre libre ?

Mais ce qui est inéluctable , c'est que , bientôt , l'horloge accrochée au mur jaunâtre , de son tic-tac insupportable, fera sonner midi.

J'ai une faim de loup !

Je continue d'écrire, cependant : toujours faire semblant , c'est ce qui importe ...

Grand faim que les choses changent , " faim noire ", comme on dit chez moi .

" Il est comme les chevaux de Belle-Ile-En-Terre , celui-là ! Il ne demande qu'à manger et voyager ! ", plaisantait grand-mère .

J'étais jeune , en ce temps-là , l'époque de mon mariage , un étourneau flambant-neuf , rempli d'illusions ;

naïf comme l'innocent du village , " lorsqu'il n'avait rien à souper ", figure proverbiale de mon pays . ( 1 )

         Maintenant ... Je ne fais qu'attendre .

Mercredi viendra , comme chaque semaine , et dans le paquet d'innombrables lettres officielles , j'aurai hâte d'en trouver une particulière , toute bleue , toujours dactylographiée , avec un signe spécial dessus ...

Mais ce jour-là , précisément , il n'y en aura pas : je vais rencontrer Laura , aujourd'hui , douze heures trente , pour la première fois , devant le Grand Palais .

Tous les deux , nous avons rendez-vous ; j'assisterai , en sa compagnie , à l'exposition William Bouguereau .

Je sais qu'une toile lui plaît plus que toute autre , m'a-t-elle confié , 

 " La Tentation " . ( 2 )

Je n'avais jamais entendu parler de ce peintre auparavant , je dois l'avouer, j'ignorais jusqu'à son nom .

Je vis loin de l'art , trop loin de la beauté , qui , seule , peut nous sauver de nos idées les plus insignifiantes , les plus viles .

         Ce sera différent , avec Laura , j'en suis sûr.

C'est une femme pleine de vie . A tout prendre , elle sera plus proche de moi .

Elle travaille pour un journal connu , et , nécessairement , pour écrire ses  savoureux articles , doit-elle voyager un peu partout dans le monde .

Sur la culture , en général , elle est imbattable , beaucoup plus que moi . A lire sa prose , elle fréquente plein de gens importants dans la capitale , des hommes politiques , des acteurs , que sais-je ?...

Ce désir d'aller de l'avant - n'est-ce pas ? - stimulerait peu à peu n'importe quel coeur ramolli , devenu dur et froid comme l'acier , puis le réchaufferait .

 Ce qui , bien que de nature paresseuse , confessons-le , arriva au mien !



 

 

( A Suivre ) 

                               
                                ___   
                                                         


DAN AR WERN - Auberive ( 3e Cercle ) - 2 - La Rencontre ( Ar Gejadenn , traduction française ) - 1 - Pep gwir miret strizh / Tous droits réservés / All rights reserved . Publié dans revue AL LIAMM 234 / Jan-Fev. 1986 . Pep gwir miret strizh/ Tous droits réservés. "Auberive " , Copyright 2006 . ( 1ère Partie

                                
                                ___

 

 

 

Repost 0
Published by Dan Ar Wern Official Website - dans Trilogie 3 " Auberive " - Nouvelles
commenter cet article
15 avril 2006 6 15 /04 /avril /2006 17:41

 

 

" Penaos ober, pa ne fell ket dit e vefe dihunet va ene gant da hini  ? " ( How come that , when you don't want my soul to be waken up by yours ? )

adapted from RILKE , " Love Song " .

 

 

 

 

 

 

Degemer mat d'an holl dud a zo dedennet
gant
hollved al lennegezh !

Aman e vo esaet ganin da zisklerian va hent, va zoareoù sonjal , d'ho komz  ivez a-ziwar va skridoù, embannet war hon dastumadenn sevenadurel vreizhek , AL LIAMM .

Aman e vo displeget va raktresoù , istor va fennober , un trilogiezh esoterek awenet gant ar mojennoù keltiek : 1-AN ERBEDER ( Le Passeur des Mondes / The Intercessor ) , 2- AN TI ACHANTET ( La Demeure Enchantée / The Enchanted House ) , 3- AUBERIVE ( Danevelloù bet embannet war AL LIAMM )

 
Gortoz a ran hoc'h evezhiadennoù ,

Ho koulennoù .

 

A new website in english , breton and french language !

 Read about poetry, short stories published here and there, as  in the cultural  breton reviews AL LIAMM ( The LINK ) and NIDIAD . 

" The Encounter " ( La Rencontre) , inspired by Alain-Fournier, " Villeneuve " ( Kernevez ) , " An Tremeniad " ( The Sojourner ) , inspired by Carson MC Cullers , " The Land of Promises "  ( Douar hon Promesaoù ) , inspired by Annemarie Schwarzenbach , the famous woman writer- adventuress of Switzerland , and many other works ...

 

 

Vous y trouverez des traductions de mes textes
des tentatives d'explication ,
des poèmes inédits ,
l'ébauche d'un journal ,
bien d'autres choses ...

                                            

                                  

 

 

 

   DEGEMER MAT D'AN HOLL !         breizh

              FAILTE ROMHAT !   éire 

                                   WELCOME, EVERYBODY !

 

         CROESO !  cymru 

                            alba                              

LLY-DAW
        

 BIENVENUE !  

                                             

mannin                         

 

 HERZLICH  WILLKOMMEN !                              

                   kernow    

 

                               

" I am heading for a time of solitude

 Of peace without illusion

 When the perfect circle

 Marries all beginnings and conclusions "

 

 Paul Simon - " Quiet "

 

 

                                       

 

 

 

  " Meine Herkunft ist mein Schicksal " 
René Schickele

 

                                   

 

 THE  DAN AR WERN OFFICIAL WEBSITE         

 

                      

 

 

                     

 

                                             

 Forum :
  http://danarwern.cultureforum.net
  http://danarwern.bbgraph.com    

 

 Contact :
danarwern@gmail.com 

 

Repost 0
Published by Dan Ar Wern - dans LEC'HIENN ( 1 )
commenter cet article

Articles Récents

Liens